PRÉVENTION DU RISQUE SUICIDAIRE  EN ENTREPRISE

Le savoir sur la question suicidaire à l’intérieur de l’entreprise est restreint et des a priori et lieux communs circulent, empêchant parfois une véritable prévention sur cette énigme. Il est difficile, voire impossible de saisir et de séparer les éléments de l’histoire, de la structure psychique, des conditions de travail et de la contingence. La prévention et le traitement relèvent de compétences très spécifiques. Les solutions du côté du travail ne peuvent être abordées que dans une analyse multifactorielle et l’impasse, dans laquelle le sujet se retrouve, relève le plus souvent d’un savoir clinique externe à l’entreprise.

 

Quelques rappels utiles dans la prévention

 

      - L'aveu d'une pensée suicidaire est toujours à prendre au sérieux.

      - Le passage à l'acte raté doit être interprété.  

      - Les signes peuvent être visibles, mais ne sont pas interprétés par manque de savoirs spécifiques  

      - Les changements de comportement sur une personne déjà en difficulté doivent alerter.

      - Les managers ne doivent pas se transformer en "psy", mais faire appel à des   acteurs internes  ou externes, au moindre doute  

      - Tout changement peut venir déséquilibrer une compensation établie (réorganisation,  changement de poste, changement de manager, ...).

 

 

   Acting out et suicides

 

 Il convient de différencier un passage à l'acte qui s'adresse à un Autre, appelé Acting out, et le passage à l'acte      suicidaire réussi. Le passage à l'acte adressé est destiné aux autres et attend une interprétation. Ce type de               passage à l'acte peut prendre des formes variées, c'est une montée sur la scène. Ce passage à l'acte apparemment     raté n'est pas fait pour disparaître, mais pour adresser une demande, un message à l'Autre.

 L'accident, l'accident de travail, une agression, une prise de médicament, un vol, une grève de la faim peuvent         avoir le statut d'un passage à l'acte adressé. L’Acting out ne doit pas rester sans réponse de l'Autre :   manager,         RH,  collègues, acteurs de prévention, ... La situation de travail doit être analysée en   pluridisciplinarité et la            personne doit être adressée à un professionnel sachant traiter le risque suicidaire. La personne pourra alors, dans      la plupart des cas, retrouver un équilibre. Si cette demande n'est pas saisie, le passage à l’acte suicidaire a une         forte probabilité de se présenter comme solution pour le sujet.

La difficulté réside dans l'interprétation des actes en statut d’Acting out et le traitement de la situation dans une relative urgence. Interprétation et traitement sont rendus difficiles parce que l'un et l'autre ne relèvent pas d'une compétence interne à l'entreprise et peu d'intervenants externes travaillent avec cette approche théorico-clinique empruntée à la psychanalyse.

Le suicide, quant à lui, est un passage à l'acte fait pour réussir, il ne rate que par inadvertance ou contingence. Les signes précurseurs sont parfois difficiles à percevoir. La dépression est loin d'être le seul signe d'un passage à l'acte suicidaire. L’Acting out peut être un de ces signes et un levier précieux de prévention.